La journaliste s’est intéressée à la question lexicale posée dans Jour Zéro. Les gros buveurs, les fêtards n’ont pas de qualificatif précis et ne se reconnaissent pas dans l’appellation usée à tort et à travers « d’alcooliques ». L’alcoolisme est une maladie avec des manifestations pathologiques. Quand on ne boit pas tous les jours, qu’on a pas perdu son boulot et son mari, qu’il n’y a aucun syndrome de sevrage à part cette envie d’un verre associée au rituel de l’apéro ou d’une fête, cela s’appelle une consommation excessive ou à risque. Les mots sont importants parce qu’ils peuvent aussi bien nous libérer que nous enfermer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s